Gagner du temps pour...

Blog February 11, 2014
Un article de Michèle Laferrière publié dans le journal Le Soleil, parle de la  fusion d'EPA (Eric Pelletier) avec Lemay.
PHOTO LE SOLEIL, ERICK LABBÉ | L’architecte Éric Pelletier s’est fait une belle réputation à Québec avec des projets innovateurs, dont la conception de la bibliothèque de Charlesbourg.
À 46 ans, à l’étape où tout déboule dans une carrière, l’architecte de Québec Éric Pelletier réalise qu’il aura désormais plus de temps, à la faveur de la fusion de son entreprise avec Lemay associés. L’union de ces deux firmes s’est matérialisée l’automne dernier, mais l’idée était dans l’air depuis un an et demi. Éric Pelletier et ses sept collègues s’apprêtent à quitter leur bureau de la rue Arago. Lui-même est en train de finaliser ses derniers dossiers et de fermer les livres. Le Soleil l’a rencontré dans les bureaux de Lemay, sur le boulevard Charest, dans le quartier Saint-Roch. Le président, Louis T. Lemay, assistait à l’entrevue par vidéoconférence. «C’est comme un mariage», blague Éric Pelletier. Et comme dans tout ménage reconstitué, les deux parties devront se reloger dans un endroit plus grand qu’elles ont trouvé sur la rue Saint-Joseph. «On tenait à rester dans le quartier [Saint-Roch]», précise l’architecte. Lemay, c’est une firme majeure qui a aussi des bureaux à Montréal et à Toronto, ainsi que des «cellules de création» sur d’autres continents. Elle compte désormaisquatre architectes associés principaux : Pierre Larouche, André Cardinal, Louis T. Lemay et Éric Pelletier. Éric Pelletier, lui, s’est fait une belle réputation, à Québec et dans la province, avec des projets innovateurs qui lui ont valu de nombreux prix. Pensons à la bibliothèque de Charlesbourg, par exemple, qu’il a conçue à l’époque où il faisait équipe avec Marie-Chantal Croft. Il était non seulement le patron de sa boîte, mais aussi le responsable des ressources humaines, du soutien informatique, de l’administration… «UNE VISION COMMUNE» En intégrant la firme Lemay, l’architecte se retrouve allégé de ces tâches connexes, ce qui lui «libère du temps pour la création pure». «On partage une vision commune de l’architecture, fait valoir Louis T. Lemay. On a les mêmes valeurs d’excellence, de respect de l’environnement, la même volonté de créer des meilleurs milieux de vie et de travail. Éric a des grandes capacités quand vient le temps de trouver des solutions. Il a de belles qualités humaines, il sait communiquer.» Louis T. Lemay travaille en «cellules de création», selon une approche multidisciplinaire qui rassemble des architectes, des designers et tout professionnel lié de près ou de loin à un projet donné. «Si on conçoit un hôpital, est-ce qu’on peut faire vivre une expérience différente au patient? illustre-t-il. Peut-on penser à un environnement physique qui faciliterait sa guérison?» Des psychologues pourraient ainsi être appelés à collaborer. Son bureau cherche à développer des méthodes de travail différentes. Et Éric Pelletier participera à ce «nouveau studio de création» en train de se déployer entre Québec et Montréal. La technologie abolit les distances et permet aux gens de se réunir par écran interposé. Le gain de temps, il est là aussi pour l’équipe de Lemay. Éric Pelletier assure que construire à Québec représente encore un «très beau défi». Il ne désertera pas la ville. Pas plus qu’il ne délaissera le volet résidentiel et la spécialisation culturelle de sa pratique. Mais il veut se «challenger», sortir de sa zone de confort, ne pas toujours refaire la même bibliothèque. L’approche multidisciplinaire de la firme lui ouvre plusieurs champs, ceux du design et du mobilier, par exemple. Il prône l’audace. Et il constate qu’il n’échappera pas à l’architecture comme outil de communication et de marketing, celle qui «raconte une histoire», résume Louis T. Lemay, et qui magnifie «l’image de marque» du client.
Étiquettes Éric Pelletier Le Soleil lemay