• 28 juillet 2021

Un texte de George Foussias

Le moment est venu de retourner au bureau. Nous y retournons avec des questions – plutôt qu’avec des réponses – qui révèlent un éventail de besoins en constante évolution. Plusieurs personnes ont émis des prédictions, tout en sachant qu’au bout du compte, l’avenir appartient à l’utilisateur. Cette remise en question collective est l’occasion de transformer le bureau pour en faire le lieu où nous aurons envie de retourner. Autrement dit, un espace qui nous permettra de continuer à profiter des bienfaits que nous avons hérités du télétravail, tout en bénéficiant des avantages d’une collaboration en personne avec nos collègues – une communauté créative. C’est le moment ou jamais d’explorer le rôle que joue le design dans la création et la valorisation d’un espace dans lequel les gens voudront non seulement revenir, mais aussi demeurer.

Dans quel genre de bureau voulons-nous revenir ?

Nous avons bénéficié d’un temps d’arrêt sans précédent pour reconsidérer l’endroit où nous passons huit à dix heures par jour, cinq jours par semaine. En plus d’un bouleversement sans précédent de la culture de bureau solidement établie, nous avons découvert de nouvelles libertés découlant de la réalité du travail à domicile : des pauses plus courtes mais plus fréquentes, un bien-être accru, des promenades quotidiennes, une réduction du temps passé à se rendre au travail, une plus grande souplesse dans les horaires et la possibilité de se déplacer dans nos maisons pour travailler là où nous nous sentons le plus à l’aise.

La plupart des stratégies de retour au bureau consistent à préserver les nouvelles libertés énumérées ci-dessus, tout en trouvant des solutions pour pallier les aspects négatifs du télétravail, tels que le manque d’interactions humaines, tant professionnelles que sociales, la fatigue liée aux écrans, les environnements qui ne sont pas nécessairement propices à la concentration, les distractions et les frontières floues entre le bureau et la maison.

En tant que concepteurs, comment pouvons-nous aménager des espaces capables de s’adapter et de répondre aux besoins émergents des utilisateurs, au fur et à mesure qu’ils vont évoluer dans l’année à venir ?

La force des environnements définis par les utilisateurs

A man talking on the phone in the BDO office

Nos espaces de travail sont plus que le reflet de nos façons de travailler, car ils peuvent affecter notre santé physique, mentale et spirituelle. En plaçant la communauté d’utilisateurs au cœur de la conception, nous pouvons susciter un sentiment d’inclusion absolue – une communauté créative. En tant que concepteurs, nous pouvons préparer le terrain pour assurer un bon équilibre entre l’espace personnalisé et l’espace partagé. Nous ne sommes plus tenus de créer une identité fixe, mais plutôt un canevas et une structure qui collent à la marque et aux valeurs de l’entreprise. Chaque organisation peut ainsi envisager son propre environnement unique et personnalisé.

Pour y parvenir, il faut adopter certaines des stratégies suivantes :

  • Offrir des espaces flexibles qui répondent aux différents besoins physiques des utilisateurs, tels que des sièges et des espaces de travail alternatifs.
  • Repenser la répartition des zones fonctionnelles et sociales/culturelles au sein du bureau, afin de promouvoir un environnement plus intégré.
  • Ne pas oublier que cette phase nécessitera de la patience et de la compréhension ; les gens ont travaillé à domicile au cours des dix-huit derniers mois et devront réintégrer les bureaux par étapes et de leur propre gré.
  • Maintenir l’agilité de la stratégie de réintégration plutôt que la rigidité d’un plan entièrement élaboré, aussi solide et réfléchi soit-il.
  • Déployer un programme Net positifMC, incluant l’apport de lumière naturelle et le design biophilique.
  • Accueillir la contribution et les commentaires des utilisateurs. Les facilitateurs doivent être prêts à recueillir et à intégrer les commentaires dans leurs stratégies, et donc à faire preuve de fluidité et d’agilité en matière de planification.

En plaçant les utilisateurs au centre du processus de conception, les stratégies relatives aux espaces de travail permettront de favoriser le bien-être et la santé des individus. Nous serons mieux placés pour cultiver et promouvoir un sentiment de bien-être global dans l’espace physique et, à terme, transformer l’espace en un milieu de vie.

Le bureau du futur implique une volonté de se réajuster

Nous sommes maintenant dans une phase de transition entre l’élaboration de stratégies pour déterminer à quoi ressembleront nos espaces de travail et notre retour progressif. La prochaine phase dans laquelle nous nous engageons sera tout sauf linéaire, puisque nous allons orienter et recalibrer diverses approches pour répondre aux éléments externes et internes qui ne manqueront pas de se manifester. Au cours de cette phase de découverte, nous allons explorer des solutions temporaires et intermédiaires, de même que des solutions à long terme qui viseront à tirer profit de ce moment transformateur dans l’histoire de la culture du lieu de travail. Après la pandémie, reviendrons-nous éventuellement à un monde qui nous était familier ? Ou bien, cette crise mondiale sera-t-elle le catalyseur d’un tout nouveau chapitre dans la conception des espaces de travail – un chapitre qui sera plus ouvert et plus centré sur les désirs et les besoins des utilisateurs ?

 

Lisez aussi notre article sur le design biophilique – un texte qui explore l’impact du design biophilique sur le bien-être des utilisateurs.

 

George Foussias a plus de 20 ans d’expérience locale et internationale pour promouvoir l’excellence en design lors de sa direction de projet et sa collaboration avec diverses équipes. Ses connaissances approfondies et son dynamisme se reflètent dans ses solutions réfléchies, dynamiques et engageantes pour les marchés du divertissement et de l’hôtellerie. George a dirigé plusieurs projets primés, notamment le Samsung Experience Store du CF Toronto Eaton Centre et The Travel Centre de Toronto. Ses connaissances approfondies en matière de construction et d’ingénierie, sa formation en architecture et sa pratique du design industriel lui permettent une compréhension exceptionnelle de la façon de conceptualiser un design et de le guider avec succès à travers toutes les phases de son développement.