• Date

    30 avril 2019

Le design biophilique est devenu l’un des principes les plus passionnants et les plus intrigants de l’architecture contemporaine. Depuis que nous avons découvert les effets du travail en cubicule sur notre santé, il est normal que nous commencions à vouloir apporter les bienfaits de la nature à l’intérieur de nos espaces de vie.

Vous avez probablement entendu dire que nous passons 90 % de notre vie à l’intérieur. En y regardant de plus près, nous constatons que ce pourcentage est plus près de 93 % si l’on considère également le temps passé en voiture. C’est une statistique alarmante qui nous mène à réfléchir sur la façon dont nous passons notre temps et sur les effets d’être devenus des « créatures d’intérieur ».

Environ une personne sur trois passe 15 minutes ou moins à l’extérieur chaque jour et 75 % d’entre nous y passent moins d’une heure par jour. Ce manque de connexion avec nos racines naturelles entraîne toutes sortes d’effets sur notre santé et notre bien-être. Toutefois, avec l’importance croissante accordée à la sensibilisation à l’environnement et à sa protection, nous commençons à effacer les frontières entre l’intérieur et l’extérieur.

En ajoutant des plantes et de la végétation, de même que des éléments aquatiques, de la lumière naturelle et des matériaux naturels (comme du bois au lieu de béton ou d’autres éléments artificiels) ainsi qu’en concevant des éléments inspirés de la nature, les résultats sont spectaculaires. Certaines études font état d’une augmentation de 40 % du sentiment de bien-être ainsi que d’une productivité accrue ; d’une réduction de la pression artérielle et des niveaux de cortisol (l’hormone du stress) ; d’émotions plus positives (et moins négatives) ; d’un cerveau et de muscles plus détendus (surtout au niveau des yeux) ; et même d’un absentéisme plus faible chez les employés et les étudiants.

 

L’utilisation créative et ciblée de plantes en architecture peut également permettre de relever efficacement les défis de l’isolation en préservant la fraîcheur en été et la chaleur en hiver. Lorsqu’elles sont placées dans des zones suffisamment grandes, les plantes peuvent également contribuer grandement à l’amélioration de la qualité de l’air, ce qui améliore encore le bien-être des usagers.

On ne peut pas non plus ignorer les propriétés attrayantes de la nature. Tirer parti de la nature photogénique des plantes pour répondre à la réalité démographique moderne, augmenter l’attrait émotionnel et esthétique et établir une présence marquante sont autant d’effets secondaires agréables et encore méconnus du design biophilique.

Latisha Sitter de Lemay+Toker – notre adjointe à l’administration des contrats qui est aussi connue pour son pouce vert – a érigé un mur végétal dans nos bureaux comme preuve de concept design biophilique. Ce mur a été installé en permanence dans l’une de nos salles de conférence, transformant par le fait même cette pièce en un espace intime pour les réunions en petits groupes, les conférences téléphoniques et le rattrapage des clients.

Souvent, un petit geste suffit pour créer et transformer des espaces.

Pourquoi ne pas intégrer le design biophilique dans votre prochain projet ?